Partager

Les risques d’acidose augmentent progressivement durant l’hiver, avec l’âge du silo d’ensilage.

L’acidose est liée à la baisse du pH ruminal. Elle dépend de nombreux facteurs dont la teneur en amidon ruminal contenu dans la ration.

L’amidon ruminal des rations provient avant tout du maïs ensilage. Tout l’amidon contenu dans le maïs ensilage n’est pas dégradable dans le rumen. En fonction de la maturité du grain à la récolte, de son éclatage et de la durée de fermentation (âge du silo), sa dégradabilité évolue. La part ruminale peut varier de 50 à 95 !

Un maïs ensilage récolté avec une dégradabilité de 60 % se retrouve 6 mois plus tard avec quasi 90 % de l’amidon dégradé dans le rumen. Pour maîtriser les risques d’acidose, l’amidon ruminal ne doit pas dépasser 20 % dans la ration. Une ration sécurisée en octobre peut conduire à une situation d’acidose 3 mois plus tard avec exactement les mêmes aliments.

Les maïs ensilage de cette année présentent des matières sèches peu élevées. La maturité des grains était donc faible et ce seuil des 90 % va rapidement être atteint ! Il faut donc surveiller avec attention ce critère et régulièrement le recalculer. Les analyses AgriNIR™ fournissent l’information sur la dégradabilité de l’amidon.

OctobreFévrier
En kg MS/jAmidonDT AmidonAmidon RuminalDT AmidonAmidon Ruminal
ENSILAGE MAIS1832 %70 %4,03290 %5,184
FOIN0,50 %0 %00 %0
CORRECTEURS AZOTES30 %0 %00 %0
CORRECTEURS ENERGIE1,520 %95 %0,28595 %0,285
RATION2318,8 %23,8 %

Pour mémoire, l’acidose est liée à plusieurs facteurs. Les principaux peuvent être résumés en 3 composantes :

  • Composante physique : aptitude de la ration à faire ruminer les animaux. La rumination déclenche la sécrétion de salive, 200 à 300 litres par jour. La salive est riche en bicarbonate. Elle apporte l’équivalent de 2 à 3 kg par jour. Ce bicarbonate limite la baisse de pH grâce à son pouvoir tampon. L’indice de fibrosité de la ration permet de caractériser les rations à ce niveau.
  • Composante chimique : les glucides (sucres) de la ration sont dégradés en acide acétique pour les glucides pariétaux (fibres chimiques) et en acide propionique pour les sucres intracellulaires (amidon, saccharose…). L’acide propionique entraîne une baisse plus forte du pH ruminal. Le pH ruminal est ainsi directement corrélé au rapport C2/C3 (acide acétique/acide propionique). Les teneurs en cellulose brute (ou en NDF) et en amidon ruminal de la ration sont en lien direct avec ce ratio.
  • Composante cinétique : tout pic d’ingestion entraine une forte baisse du pH ruminal. Pour l’éviter, les apports d’aliments et notamment des concentrés sont à répartir sur 24 h.

Sur le même thème, découvrez également