Partager

La période du tarissement englobe des enjeux importants : préparer la future lactation, guérir les infections mammaires présentes et prévenir les infections futures.

Durant les deux semaines suivant le tarissement, le taux d’apparition de nouvelles infections est quasi sept fois plus élevé que durant la lactation. De plus, la moitié des infections environnementales ayant lieu dans les 100 premiers jours de lactation est liée à des contaminations durant le tarissement.

Traiter pour guérir et pour prévenir

Le traitement des vaches au tarissement à l’aide d’antibiotiques intra-mammaires associés ou non à un traitement par voie générale, demeure l’un des points clés d’un plan de lutte contre les mammites. Il permet de guérir un certain nombre de vaches déjà infectées ou présentant un CCI élevé en fi n de lactation (>200 000). L’objectif est
donc à la fois de traiter les infections présentes et surtout de prévenir de nouvelles infections.

Fermer la porte aux bactéries

L’utilisation d’un obturateur interne en combinaison avec le traitement antibiotique est également une excellente option pour prévenir les infections. Il représente une barrière physique qui sera effective jusqu’à la première traite, où il sera retiré.

Vos données Santé Mammaire Mammit’Scan vous permettent désormais de juger chaque mois :

  • De l’efficacité de la conduite de traitement mise en place : objectif > 75 % de taux de guérison,
  • Du taux de nouvelles infections : objectif < 10 %.

Sur le même thème, découvrez également