Partager

Dix ans après la 1ère enquête sur les correcteurs azotés du commerce, le conseil d’administration d’Orne Conseil Elevage a décidé de renouveler l’opération. La fin de l’utilisation du formol, la nouvelle réglementation, un prix de l’azote élevé… autant d’éléments plaidant pour faire un nouveau point. Plus de 30 correcteurs azotés de près de 20 fournisseurs différents ont été analysés et expertisés.

Dix ans après la 1ère enquête sur les correcteurs azotés du commerce, le conseil d’administration d’Orne Conseil Elevage a décidé de renouveler l’opération. La fin de l’utilisation du formol, la nouvelle réglementation, un prix de l’azote élevé… autant d’éléments plaidant pour faire un nouveau point. Plus de 30 correcteurs azotés de près de 20 fournisseurs différents ont été analysés et expertisés

Les correcteurs azotés sont avant tout des mélanges tourteau de colza et de soja (respectivement 44 et 28 % soit 74 % de l’aliment). Les autres matières premières sont d’un intérêt nutritionnel souvent limité : tourteau de tournesol, son de blé, vinasses, petites graines et enveloppes… L’urée est présente dans 57 % des aliments (3 % en moyenne), représentant 20 % de la MAT. Les vinasses sont présentes dans 73 % des aliments. Des substances tannantes (formol, zinc, huiles essentielles, tannins) sont présentes dans 67 % des aliments alors que seulement 7 % sont annoncés comme tannés.

Pour plus d’informations, votre conseiller Orne Conseil Elevage se tient à votre disposition.

Sur le même thème, découvrez également