Partager

Le tarissement est une une période primordiale dans la préparation de la future lactation.

La santé de la mamelle doit être une des préoccupations du tarissement. Les objectifs sont :

  • la guérison des infections présentes en fin de lactation
  • la prévention contre les nouvelles contaminations durant le tarissement. Celles-ci engendrent des mammites au vêlage ou durant les premiers mois de lactation.

Molécule antibiotique à utiliser et stratégie de traitement doivent être raisonnées avec l’aide de votre vétérinaire. Choisissez la molécule antibiotique en fonction : des bactéries présentes dans votre élevage (analyses bactériologiques) et de leur sensibilité aux antibiotiques (antibiogrammes éventuels).

Faut-il utiliser un  obturateur interne de trayon ?

L’obturateur est un barrage physique. Il évite la contamination bactérienne du canal du trayon durant la période sèche. Il doit être utilisé notamment :

  • sur les vaches à tarir ayant une production supérieure à 15 kg de lait par jour
  • si le logement des vaches taries est à risque sanitaire : aire paillée, défaut d’hygiène, prairies sur-fréquentées, …
  • si les vaches perdent leur lait durant les jours suivant le tarissement et les jours précédant le vêlage

Quel traitement antibiotique adopté?

  • Le traitement systématique consiste à appliquer un traitement intra-mammaire à toutes les vaches. Cette méthode est de plus en plus remise en cause. Les raisons : l’utilisation raisonnée des antibiotiques, l’antibiorésistance, le risque de résidus, le coût, le point de vue négatif de la société,…
  • Le traitement sélectif en intra-mammaire est réalisé uniquement sur les vaches infectées en fin de lactation. Une protection contre les éventuelles infections durant le tarissement doit être réalisée en fonction des conditions d’élevage.

Quels sont les critères à prendre en compte?

  • les infections sub-cliniques (« cellules ») en fin de lactation,
  • les risques de nouvelles infections durant le tarissement, liées :
    • au logement des taries,
    • à l’hygiène du logement
    • à la situation de la vache (rang de lactation, morphologie de la mamelle et des trayons, …)
  • les cahiers des charges spécifiques de certaines filières (Bio, …)

La réponse à vos questions :

Un traitement antibiotique par voie intramusculaire permet une diffusion en profondeur dans le tissu mammaire. L’antibiotique agit sur les bactéries potentiellement «enkystées» (Staphylocoques et Streptocoques). Les molécules à utiliser sont surtout les macrolides (type Suanovil®, Spirovet®, Tylan®…) ou les pénicillines qui diffusent bien dans la mamelle (type Stop M®).

Non. En injectant un second tube vous risquez une nouvelle contamination. De plus vous touchez à l’intégrité du sphincter et au bouchon naturel de kératine.

Non. Si votre traitement vous donne entière satisfaction, il n’y a pas de raison d’en changer. Toutefois, si vous souhaitez modifier votre traitement, un antibiogramme est judicieux.

Vous devez traiter et guérir la mammite durant la période de lactation, puis réaliser un traitement au tarissement.

Sont à réformer les vaches présentes dans au moins une des situations suivantes :

  • infectées durablement (2 lactations successives)
  • 3 mammites cliniques durant leur lactation
  • plusieurs quartiers atteints : chances de guérison moindres
  • comptages cellulaires élevés et mauvaise conformation des trayons et/ou de la mamelle
  • comptages cellulaires élevés et lésions graves des trayons
  • présence de nodules palpables dans le tissu mammaire
  • échec du tarissement en terme de guérison du quartier (1ers CCI élevés)

La guérison est fonction du type de bactéries présentes.

Bactéries % de guérison attendu
Pathogène majeur Staphylocoque aureus 40 à 70 % selon les souches
Pathogène majeur Streptocoque 70 à 90 %
Pathogène majeur E. coli 80 %
Pathogène mineur Staphylocoque à coagulase négative 60 à 80 %
Pathogène mineur Corynébacterium bovis 99 %

Sur le même thème, découvrez également